Majuscules dans les noms d’organismes et d’institutions

Comme la mairie et le conseil régional, le conseil général est un nom commun. Il ne prend pas de majuscule.

Pas plus que toi, ami lecteur qui apprécies les textes clairs, ne suis-je un maniaque de la majuscule. Je suis de ceux qui résistent encore et toujours à l’envahisseur. J’applique l’usage de la minuscule là où d’autres généralisent l’usage de la capitale d’imprimerie.

Je suis d’ailleurs membre fondateur du Mufle, le Mouvement pour l’usage faible de la lettrine énigmatique (pour l’instant je suis seul, mais je t’invite à me rejoindre, ami des bêtes au museau rose, humide et dépourvu de pilosités).

Toutefois, comme tout le monde, je suis influencé par le contenu d’Internet. Et le fait est qu’avec les noms d’organismes, les choses se compliquent.

D’après l’Académie française (grand « A » petit « f »), « les noms des organismes ou d’institutions d’État [toujours avec un grand « É » quand il s’agit de l’entité politico-juridico-sociale], lorsqu’il en existe plusieurs de leur espèce, ne prennent pas de majuscule ; c’est le nom propre ou le nom de spécialisation qui les accompagne éventuellement qui la prend : le conseil général d’Île-de-France ; la mairie de Paris ; le ministère de la Culture ; la bibliothèque Mazarine ».

Toutefois, s’il s’agit d’un organisme unique, « le premier mot nécessaire à l’identification porte la majuscule, ainsi que les adjectifs le précédant éventuellement : l’Académie française ; l’Institut de France ; la Cour de cassation ; la Haute Cour de justice ; le Conseil de l’Europe ; les Nations unies ».

Et « le golfe Persique »? Et « la forêt Noire »? Et « l’océan Pacifique »? Il s’agit des majuscules géographiques et ça, ce sera pour une autre fois.

Aujourd’hui, ami lecteur qui te découvres une tendresse pour la minuscule d’imprimerie, je souhaite te soumettre une comparaison intéressante concernant les majuscules des noms d’organismes. Un client me demandait récemment de revoir la petite phrase de copyright que l’on trouve généralement au début d’un ouvrage.

Je ne suis pas spécialiste du droit de la propriété intellectuelle (mon domaine c’est plutôt l’usage faible de la majuscule écrite). Cependant, à titre d’information, j’ai comparé sa version à celle de multiples éditeurs.

J’ai d’abord consulté des ouvrages littéraires. J’y ai trouvé, entre autres, la phrase suivante :

En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie.

Ensuite, j’ai consulté d’autres ouvrages, plus techniques, où j’ai trouvé la même phrase. Mais elle était écrite comme suit :

En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage sans autorisation de l’éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de Copie.

Révélateur, non ?

Quand on fait dans le technique, pas la peine de se casser la tête à écrire correctement…

Publicités
Majuscules dans les noms d’organismes et d’institutions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s