Oye! Speak English you!

Voilà ce qu’un monsieur fort inconvenant m’a crié, sur le parking de mon supermarché, ici à Édimbourg, ville où je réside en tant que citoyen européen.

Il faut dire que j’avais osé interpeller mon fils en français. Afin de bien me faire comprendre son message, au cas où je serais sourd − ou ne parlerais pas anglais, ce qui dans l’esprit d’un monolingue, revient strictement au même − ce monsieur a appuyé son propos d’un crachat verdâtre qui est venu s’écraser non loin de mes souliers d’immigré, éclaboussant la neige fondue qui imprégnait la terre écossaise ce jour-là.

Le président allemand pense avoir la clef du problème : il suffirait que l’anglais devienne la langue commune de l’Union européenne. Fini l’incompréhension générale (et fini ma surdité).

Ainsi, le 22 février dernier, ne craignant pas d’enclencher la mécanique du cliché, il s’est adressé à tous les citoyens du Royaume-Uni, pour leur rappeler que l’Europe avait besoin de l’expérience de leur pays, « patrie de la plus vieille démocratie parlementaire », mais aussi « de sa sobriété et de son courage ».

Et de brosser le patriotisme britannique dans le sens du poil en louant l’engagement de cet empire colonialiste (le mot qu’il a employé était « démocratie ») pendant la seconde guerre mondiale (que le quotidien britannique The Guardian s’est empressé de traduire par « fight against Nazi Germany »)

Détail croustillant : il affirmait que les jeunes générations utilisaient de plus en plus l’anglais comme « lingua franca » (ce qui n’est pas faux) et que l’avenir dont il rêvait pour l’Europe était une « agora » où la communication se ferait au moyen d’une langue commune.

Peut-être faudrait-il rappeler au président allemand que l’agora athénienne était la place publique où les citoyens discutaient des affaires de la cité. Les citoyens athéniens aimaient parler politique. Ils y tenaient d’ailleurs un rôle très actif. Ce n’est peut-être pas le cas des sujets de sa majesté.

Peut-être faudrait-il aussi rappeler à Joachim Gauck que l’un des mots anglais les plus usités, le « thing », est un terme d’origine norroise qui signifie « parlement ». En effet, les britanniques n’ont inventé ni le parlement, ni la démocratie parlementaire. Les peuples scandinaves, bien des siècles avant le vote de la charte britannique de l’Habeas Corpus, possédaient déjà des assemblées parlementaires qui discutaient de la « chose publique », c’est-à-dire cette même « res publica » qu’il mentionne dans son discours.

Enfin, peut-être faudrait-il rappeler au président allemand que le camp de concentration, rationalisé par les Nazis, est une invention de l’empire britannique (dont le souverain n’était autre que le père de l’actuelle reine Elizabeth II), pour parquer les Boers, ces colons d’origine allemande (entre autres), qui avaient eu la mauvaise idée de s’installer en Afrique du Sud avant les bons et loyaux sujets de sa majesté.

Le président allemand a réaffirmé que plus d’Europe signifiait un « multilinguisme pour tous, non pour les élites uniquement ». Il s’est d’ailleurs dit convaincu qu’en Europe « le sentiment d’être chez soi dans sa langue maternelle » (Muttersprache) peut « s’épanouir aux côtés d’une pratique généralisée de l’anglais à tous les niveaux ».

Certes, mais je fais quoi, moi, quand la démocratie autochtone est hostile au multilinguisme prôné par monsieur Gauck ?

PS: Je précise, pour couper court à toute interprétation erronée de ce billet, que je ne suis ni britannophobe, ni eurosceptique. La mésaventure que je rapporte ici n’est absolument pas représentative de mon quotidien en Écosse.

Quant au devoir de mémoire : d’accord, mais pas au prix de clichés bien pensants colportés par des citoyens du monde à la mémoire courte.

Les Européens ont du bon sens. Ils savent par expérience que la bêtise est un fléau qui ne connaît pas de frontières.

Publicités
Oye! Speak English you!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s