Our philosophy

Gare ! Gare ! Gare ! Là c’est du mastoc ! C’est pas du Ronsard, c’est de l’amerloque !

Les pays anglo-saxons ne jugent pas nécessaire d’enseigner la philosophie à l’école, car la philo, ça ne sert à rien. Du moins d’un point de vue purement productif.

Par conséquent, seuls ceux qui s’intéressent au sens de la vie, à la recherche du bonheur, à l’existence de Dieu ou de dieux, à l’intérêt d’étudier les phénomènes physiques que nous percevons, à toutes ces questions que tu n’as pas le temps de te poser ami lecteur hyper-bizi, seuls ceux-là utilisent le terme « philosophy » dans son sens premier.

Les autres, pour la plupart, ne connaissent que son sens anglais dérivé :

a theory or attitude that acts as a guiding principle for behaviour.

Dixit Oxford Dictionary. Soit une posture, une vocation ou encore un principe directeur sous-jacent au développement d’une entreprise.

Ledit principe se résume généralement à quelques phrases judicieusement mises en page sous l’onglet « about us » (que rien d’ailleurs ne nous oblige à traduire par « qui sommes-nous ? ») du site web du philosophe concerné.

Capture d’écran 2015-11-05 à 15.01.14

Rien à voir avec les huit cents pages de Critique de la raison pure.

Mais j’ai promis à Berthelée Riflard de faire un effort. Je vais tenir ma langue. Après tout, que chacun fasse ce qu’il entend avec la sienne. Ça ne devrait poser aucun problème, tant que le traducteur putatif ne s’en mêle pas.

Sauf qu’il s’en mêle toujours.

La traduction, c’est comme les chocolats belges. T’as déjà essayé de t’arrêter une fois la boîte ouverte ?

Le traducteur putatif s’en mêle s’emmêle donc.

Comme d’habitude, il est plus fidèle à lui-même qu’au texte source. Il s’empresse de recopier l’anglais, oubliant que le sens dérivé de « philosophy » n’existe pas en français. Il traduit invariablement « our philosophy » par « notre philosophie »:

Capture d’écran 2015-11-05 à 15.00.12

Note que je ne lui en veux pas, je comprends son problème : il travaille pour des cacahuètes, faut bien qu’il rentabilise son temps de travail. Pas le temps de s’arrêter sur des broutilles, que diable!

Là-dessus arrive le traducteur ton serviteur.

À la vue de cet angliscisme, il est pris de haut-le-cœur, son pouls s’accélère, sa tension monte, même les pilosités ultra-sensibles de son CAT se hérissent. Il est bon pour une nouvelle séance de psy.

Si le psy est trop cher, il peut toujours déverser son fiel sur la toile au moyen d’un billet en ligne original et gratuit (tiens, c’est marrant, ça fait « blog » en abrégé) au lieu de ruminer son amertume à l’heure du dîner.

Disons qu’au lieu d’agacer mes proches, je compte sur tes facultés d’écoute, ami lecteur patient. D’ailleurs je ne vais pas en abuser plus longtemps (de ta patience).

En français, le terme « philosophie » désigne toute connaissance rationnelle humaine, ou système de connaissances, quel que soit son objet.

Utilisé dans le même sens qu’en anglais des affaires, le terme est une insulte faite à Hume autant qu’à Marx, et aux grandes oeuvres de la littérature philosophique plus généralement.

Je préfère que l’on me parle de « principes », mais de grâce, qu’on laisse la philosophie aux philosophes.

Advertisements
Our philosophy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s