Test : découvre ton profil linguistique

What type of language speaker are you? Take the test in English here

À l’occasion de la Journée européenne des blogs multilingues, le traducteur ton serviteur te propose un test dont la prétention principale est d’injecter un peu de doute platonicien (attention, ça rend accro) dans le gras de tes convictions linguistiques et par là même, de te donner une vague idée de la caractéristique dominante de ton profil linguistique, ce qui, tu as d’ailleurs bien raison de me le faire remarquer amie lectrice multilingue, n’a pas grand-chose à voir avec un test de langue.

1. Ta langue, c’est :

a. Le français correct.
b. Laquelle ? J’en connais plusieurs, mais aucune ne m’appartient.
c. Le français de France.
d. Celle que je parle le plus souvent.

2. Quand tu lis la presse…

a. Tu relèves les fautes et en fais part à la rédaction.
b. Tu notes les phrases qui t’intriguent ou te plaisent dans un carnet spécial.
c. Tu notes tous les mots et toutes les expressions qui ne te sont pas familières et cherches leur étymologie.
d. Tu notes les mots que tu ne connais pas, cherches leur signification dans le dictionnaire et essaies de les mémoriser.

3. Tu viens de lire un article dans le journal où l’auteure sait clairement de quoi elle parle, mais utilise un français auquel tu n’es pas habituée. Tu vérifies son nom et son lieu de travail : ils semblent indiquer que le français ne soit pas sa langue maternelle.

a. Tu te procures ses coordonnées et tu la félicites de son travail, tout en lui expliquant comment corriger ses fautes.
b. Cette question est absurde, car la langue maternelle est un mythe, comme la langue nationale d’ailleurs.
c. Tu écris à la maison d’édition pour lui signifier que c’est insulter les lecteurs que de publier des textes dans un français aussi mauvais.
d. Tu notes les tournures de phrases originales et les néologismes. Ça peut toujours servir.

4. L’article en question expliquait qu’à la suite du renversement de la dictature au San Theodoros, une constitution allait être rédigée, qui comporterait un article visant à protéger les langues régionales de cette nouvelle démocratie.

a. Ce n’est pas suffisant, il faut aussi une loi spécifique de discrimination positive s’il l’on veut sauver ces langues.
b. Ça part d’une bonne intention, mais comme toujours certains parlers ne bénéficieront pas de ce statut privilégié…
c. Ce qu’il faudrait, c’est protéger les autochtones et s’assurer que leurs langues maternelles sont inscrites au patrimoine de l’Unesco car elles représentent l’héritage d’une culture spécifique.
d. Ces langues sont un capital touristique pour le nouveau gouvernement du San Theodoros. Il devrait saisir l’occasion et les promouvoir.

5. Tu t’es inscrite pour effectuer une année d’études à Wadesdah, au Khemed. Une semaine avant ton départ, on t’annonce que les accords ont été suspendus, mais qu’à la place, tu peux partir pour Khemkhâh, où l’on parle une variété locale d’arabe.

a. Tant mieux, comme ça tu vas pouvoir approfondir ta connaissance des registres populaires.
b. Génial, tu vas apprendre une nouvelle langue !
c. Tu retires ta candidature : c’est l’arabe classique que tu veux apprendre, pas un vulgaire patois local.
d. De toute manière, tout le monde parle anglais dans les universités du Khemed.

6. Tu as décroché un poste de financier à Klow, en Syldavie. Tu avais suivi des cours de syldave avant de partir, mais tu n’as fait aucun progrès depuis ton arrivée, car tes nouveaux collègues te répondent systématiquement en français. C’est :

a. Agaçant, tu n’arriveras jamais à parler syldave correctement.
b. Très intéressant, il semble que leur sens de la politesse soit différent du tien.
c. Agaçant, leur français est bourré d’anglicismes.
d. Plus facile de travailler dans ces conditions.

7. Revenue de Syldavie, tu t’es inscrite à un cours de bordure à Bruxelles puis tu es partie pour Szohôd (depuis la mort du maréchal Pleszy-Gladz, on a besoin de financiers en Bordurie). Tout le monde semble comprendre ton bordure, mais tes interlocuteurs corrigent systématiquement tes petites fautes de langue. C’est :

a. Agaçant, mais c’est le prix à payer pour parler correctement.
b. Très intéressant, il semble que leur sens de la politesse soit différent du tien.
c. Super, d’ici quelques semaines, tu parleras comme une vraie Bordure ! [depuis le temps que je rêvais de la placer celle-là !]
d. Pas facile de travailler dans ces conditions…

8. Apprendre toutes ces langues ça sert à :

a. Mieux parler sa propre langue.
b. Changer de point de vue.
c. Mieux connaître ses alliés, ses concurrents, ses adversaires et son ennemi.
d. Communiquer.

9. Le bilinguisme c’est…

a. Le fait de pouvoir s’exprimer correctement dans deux langues différentes.
b. Un mythe, tout comme le monolinguisme.
c. Encore un concept européen fumeux.
d. Un atout dans la vie.

10. L’anglais c’est…

a. Du français avec des fautes.
b. La langue de la mondialisation, pour le meilleur et pour le pire.
c. La langue de Shakespeare.
d. La lingua franca du XXIe siècle.

Une majorité de a, NORMATIVE : le plurilinguisme s’accompagne nécessairement de conflits ou de relations de force entre les langues. Tu penses que la meilleure façon les gérer et de vivre ensemble est d’appliquer des règles que tout le monde doit connaître et respecter, car les règles différencient l’homme de la bête. Ce sont elles qui gèrent les relations humaines en nous permettant de communiquer sur la base de références communes. Tu es normative.

Une majorité de b, CITOYENNE DU MONDE : tu ne vois pas les différences, car pour toi elles n’existent pas. Du coup, tu penses que les langues n’existent pas non plus. Ce que l’on observe est un usage linguistique infiniment diversifié, produit de la communication de plusieurs milliards de locuteurs durant plusieurs milliers d’années. Ces locuteurs forment un tout que l’on appelle le monde et leur usage linguistique en reflète la diversité. Tu es une citoyenne du monde.

Une majorité de c, TRADITIONALISTE : c’est l’authenticité qui compte avant tout, n’est-ce pas ? Ce sont les francophones de langue maternelle qui protègent le mieux la langue française, car ils sont les seuls à pouvoir en saisir toutes les nuances. Tu conçois chaque langue comme le réceptacle d’une culture, le témoignage de sa richesse et de son authenticité. Tu entends donc protéger et faire vivre ta langue et tu penses que les autres devraient en faire autant. Tu es traditionaliste.

Une majorité de d, PRAGMATIQUE: pour toi, les langues ne sont pas une fin, mais un moyen : moyen de voyager, de travailler, de rencontrer des gens, d’apprendre… Bref, le moyen de vivre en société, qu’elle soit de bonne compagnie ou de mauvaise fréquentation. Les langues sont un moyen comme un autre de satisfaire ta curiosité. Il n’y a vraiment pas de quoi en faire une histoire – ni un test d’ailleurs. Tu es pragmatique.

Publicités
Test : découvre ton profil linguistique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s