Qui ça « on » ?

D’après Bachstelze, un lecteur de mon billet sur les bullshit jobs, « on » n’a pas le choix. Bachstelze souhaitait m’expliquer ce que « on » dit :

Capture d’écran 2016-03-07 à 18.57.32

Cette remarque, quoique fort instructive, m’a placé face à un autre problème : comment savoir qui était le « on » en question ?

C’est un peu comme lorsqu’il faut identifier les « parfaits francophones »,

Capture d’écran 2016-03-07 à 19.02.21

…les « vrais locuteurs »…

Capture d’écran 2016-03-07 à 15.16.33

… et autres « locuteurs complets » :

Capture d’écran 2016-03-07 à 15.22.44

[Note du traducteur ton serviteur : on reconnaît le locuteur complet au fait qu’il a encore ses deux jambes, ses deux bras et toute sa dentition].

Finalement, c’est toujours les mêmes questions qui reviennent sans cesse : c’est qui « nous » ? C’est qui « eux » ? C’est qui « on »?

Après consultation de quelques ouvrages à la bibliothèque, je suis parvenu à établir que « on » est un pronom personnel indéfini de troisième personne et que la locution idiomatique « on dit » peut se référer à :

  1. l’usage majoritaire du français, celui qui est pratiqué par le plus grand nombre de locuteurs,
  2. le « bon » usage du français, celui qui est prescrit par le Journal officiel, par l’Académie française, ou par toute autre personne physique ou morale qui prétend imposer un usage qu’elle qualifie de « correct », de « juste », de « pure », de « standard » ou encore « d’officiel »… bref tous ces qualificatifs qui permettent à certains de tracer la frontière entre  « eux » et  « nous »,
  3. l’idiolecte d’un locuteur francophone : « on » est souvent utilisé pour formuler des jugements de valeur où le locuteur confond son expérience avec celle des autres afin de défendre un intérêt personnel qui n’est pas toujours ouvertement déclaré.

Ainsi le « bon » usage prescrit que l’on dise « terminal de poche » (Journal officiel du 27 décembre 2009) tandis que l’usage préfère très clairement l’anglicisme « smartphone ».

De la même manière, l’usage préfère « l’université de Yale » à « l’université Yale » : j’obtiens 119000 résultats dans mon moteur de recherche pour le premier contre 45300 pour le deuxième.

Quand le sens reste plus ou moins le même (ce qui n’est pas toujours le cas!), l’usage majoritaire ne me gêne pas : oserais-tu affirmer que tu ne comprends pas de quelle université il s’agit, amie lectrice d’une mauvaise fois sans borne ?

Certes, Elihu Yale était une personne et non un lieu. Mais contrairement à Marie Curie, il n’était qu’un donateur : c’était certes sympa de sa part de filer du blé à la science, mais ce n’était pas un geste désintéressé.

« On » est rarement désintéressé.

Crocodile smile

Advertisements
Qui ça « on » ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s